Voilà un mois que je suis rentrée de NY. Ce voyage, je vous l’ai déjà dit un million de fois, it was completely A-MA-ZIIING. J’ai pu ressentir ce petit aperçu de ‘working girl’ à l’étranger qui m’a fait pousser des ailes ! Tel un pigeon parisien qui, du ciel et de sa magnificente condescendance, ch… sur les pauvres moldus au quotidien bien terne… Bref, étant de ces moldus pour le moment, tout ça m’a donné envie de changement !
D’aller picorer d’autres champs, de fendre d’autres ciels et de re-sentir les frissons du vent !

Pendant cette escapade new-yorkaise donc, j’ai vécu à 1000 à l’heure et c’était hyper stimulant. Cette dynamique n’est pas la même qu’à Paris, elle est plus forte et plus « positive », ce n’est pas ce mauvais stress qu’on connaît toutes et qui nous épuise plus qu’il ne nous dynamise, c’est comme prendre le lit d’un ruisseau d’eau vive et se laisser porter… On a envie d’être dans le rush et de vivre tout à fond.

Et BOOM, la ligne 13 vous ramène à la réalité comme ce pigeon qui vous en fait une sur le front quand vous leviez les yeux vers le soleil au loin.
Du coup je ne vous cache pas que le retour a été rude et que je m’ennuie sec depuis.
Donc ça turbine pas mal dans ma ptite cervelle qui cherche tous les moyens de retrouver le côté Haribo de la vie voyez !

En plus, vous savez comment fonctionne une fille… quand elle ne trouve pas les « Haribo de la vie »… elle en trouve d’autres, à défaut, ceux qui nourrissent son corps plus que son cœur, qui la laisse dans le même état qu’avant mais avec un gros c.. en bonus 😂 Voilà. Merci Doritos, Starbuck’s, Lu et cie de profiter si cruellement de notre détresse morale

Pour remédier à tout cela donc, me réaliser, m’épanouir, toussa… j’ai créé ma boîte il y a un an. « J’ai créé ma boîte », classe non ? La fille qui dépose une auto-entreprise sur Internet et qui se débouche une bière en s’imaginant PDG dans son indécent bureau en haut de sa tour d’ivoire dominant le  monde, lovée dans son kitchissime et mégalo (néanmoins très confortable) fauteuil cuir façon Mad Men trinquant à sa gloire !😈

Donc pour en revenir à nos moutons de cashemire, il y a un an déjà je créais mon entreprise justement pour remédier à cette fucking routine RATP/Mango/Dunpillo  et vivre plus intensément , ce qui est plutôt réussi. Mais Cyrus en veut plus. Encore plus. Toujours plus. Boulimik de la life la meuf. Plus de folies, plus de découvertes et d’aventures, plus de bonnes choses, plus de frissons, se sentir vivante. Vous voyez ce que je veux dire ?

Du coup, ça turbine dans la bobine, alors je me demande… Je me pose des questions sur tout ce changement vous voyez… Pourquoi ne pas partir à l’étranger 2 mois, bosser là-bas, s’immerger un peu dans un autre univers ? Où, quand, comment, faut pas trop m’en demander non plus (je vous rappelle que ça turbine beaucoup de la bobine qui risque d’imploser) mais c’est LE truc qui m’obnubile !!

Alors je ne dis pas non plus que je veux vivre à l’étranger, il y a quelques inconvénients : la tête des renps’ quand je leur dirai « A dans 1 an ! »
Mais m’organiser quelques allers-retours pour y travailler ponctuellement

La vie ne peut pas se résumer à travailler pour manger et s’acheter des fringues, même si t’es « Smart evangelist of marketing 4.0 » pour aller « bruncher au Costes » et « t’offrir un petit perfecto Zadig », mais ce n’est pas QUE ça la vie. C’est aussi découvrir le monde, les autres cultures, les autres tout court d’ailleurs, l’aventure de l’inconnu, du dépassement de soi, de la « sortie de sa zone de confort » puisque c’est le concept à la mode…

Par exemple je rêve de partir dans un sanctuaire d’éléphants qui recueille des éléphants provenant du tourisme, d’aller m’isoler dans la spiritualité tibétaine, tant de choses… Et je n’ai pas envie que tout ça ne se vive que dans ma tête ! J’ai vraiment envie de le vivre, de le palper, de le ressentir, ce truc qui nous manque alors qu’on ne le connaît pas encore, comme un gâteau dans lequel il manque un ingrédient qui fera toute la différence sans savoir lequel…

Et vous, ça vous est déjà arrivé de vouloir du changement à ce point ? Comme du poil à gratter de la tête ? Et vous êtes allée au bout de vos envies ??

 

« Emmenez-moi au bout de la terre

Emmenez-moi au pays des merveilles

Il me semble que la misère

Serait moins pénible au soleil »