Déodorants

Oui, je sais, c’est loin d’être sujet le plus glamour! Néanmoins, il a son importance quotidienne!!

Il est aussi au cœur des débats en ce qui concerne sa composition, d’où l’importance de bien le choisir…

Les ingrédients qui font débat sont les sels d’aluminium (ou chlorydrates d’aluminium) et l’alcool.

 

L’alcool est un bon antibactérien, néanmoins, à long terme, il devient nocif pour le fonctionnement du foie.

 

D’autre part, les sels d’aluminium présentent l’avantage d’être antiperspirants (D’après le vulgaris-médical : Antiperspirant : Substance permettant de diminuer une transpiration trop importante. Contenant des sels d’aluminium (chlorure d’aluminium), les antiperspirants peuvent être inclus dans un désodorisant. Inconvénients : Allergie, irritation de la peau, sensations de brûlure, démangeaisons, impression de picotements…).

En revanche, à long terme, son utilisation peut être l’une des causes du cancer du sein. Le docteur Kris McGrath, de la Northwestern University de Chicago, affirme aussi que le rasage des aisselles facilite probablement l’absorption de l’aluminium, car il fragiliserait la barrière cutanée.

 

En 2003, le « European Journal of Cancer Prevention » a interviewé 437 femmes atteintes du cancer du sein. L’étude portait sur leur fréquence d’utilisation des déodorants et le rasage des aisselles. Les résultats ont montré que les femmes qui utilisaient du déodorant avec des sels d’aluminium au moins deux fois par semaine, et qui se rasaient les aisselles au moins trois fois par semaines, ont développé un cancer du sein presque quinze ans avant les autres.

 

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a fait le lien entre le sel aluminium et la maladie d’Alzheimer. En utilisant fréquemment un déodorant avec des sels d’aluminium, le risque de développer cette maladie augmente. En effet, pour les personnes atteintes d’Alzheimer, un taux anormal de sels d’aluminium a été trouvé dans le cerveau.

 

D’autres études tentent de prouver le contraire. Quoi qu’il en soit, certains résultats sont assez troublants et suffisent à nous préoccuper. Dans le doute, mieux vaut prévenir que guérir !

 

deodorants

 

Comment bien choisir son déodorant ?

Tout d’abord, regardez bien l’étiquette et évitez les compositions avec de l’alcool ou des sels d’aluminium (par exemple Nuxe, Skeen, Weleda…). Privilégiez aussi les déodorants bios, de plus en plus de marques lancent des produits naturels.

 

La pierre d’Alun, vous connaissez ? C’est un très bon déodorant naturel, vous trouverez toutes les informations ici

 

Pour ceux qui craignent l’amalgame qui est fait quelque fois « La pierre d’alun contient de l’aluminium », oui mais :

« Malgré son utilisation ancienne et traditionnelle, l’alun est composé de sels d’aluminium. En application cutanée, sa structure moléculaire particulière fait qu’elle ne peut être absorbée par les cellules de la peau, ce qui la rend absolument inoffensive. » Wikipédia

 

Et : « Qu’y a-t-il dans les déodorants cosmétiques naturels et bios ?

Dans les déodorants cosmétiques naturels, il n’y a pas de sels d’aluminium de synthèse. Les seules matières premières minérales éventuellement utilisées sont les aluns.

 

Alun (déclaration INCI: Potassium Alum) est une poudre cristalline obtenue à partir d’un argile ou de schistes alunifères. Elle limite la sudation mais c’est un produit très doux qui n’attaque pas la peau et ne fait pas craindre une irritation de la peau due à l’obstruction des pores. L’alun est chimiquement inerte. C’est à dire qu’il ne libére pas d’aluminium. Il en va tout autrement des chlorhydrates d’aluminium (autres déodorants). » Pour plus d’informations c’est ici

La Pierre d’alun est astringente (elle ressert les pores de la peau et réduit ainsi la transpiration) et hémostatique (elle stoppe les saignements dus aux micro-coupures) donc idéale après le rasage, pour hommes et femmes. Il suffit de l’humidifier à l’eau froide et de la passer sur la peau juste après le rasage.

 

Le saviez-vous?

– Les épices, l’oignon et l’ail accentuent la transpiration

– Le stress accentue la transpiration

– Les premiers utilisateurs de déodorants sont les Britanniques. 83% contre 66% pour les Français (enquête IPSOS L’Oréal sur les déodorants en 1999)

 

Sources:

www.selfgrowth.com

http://www.globalhealingcenter.com/

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *